Sanaaq, le premier roman inuit canadien | Thomas Hellman
Site Web de l'auteur-compositeur et raconteur Thomas Hellman.
thomas hellman, rêves américains, chroniques, concerts, spectacles, tournée, événements
2115
post-template-default,single,single-post,postid-2115,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-16.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Sanaaq, le premier roman inuit canadien

Sanaaq, le premier roman inuit canadien

Mitiarjuk Nappaaluk reçoit l'Ordre du Canada des mains de la gouverneure générale Adrienne Clarkson, en 2004. À gauche, la couverture de Sanaaq. Photo : CP Images/Stanké

Mitiarjuk Nappaaluk reçoit l’Ordre du Canada des mains de la gouverneure générale Adrienne Clarkson, en 2004. À gauche, la couverture de Sanaaq. Photo : CP Images/Stanké

À sa publication originale en 1987, le livre de Mitiarjuk Nappaaluk a fait de l’inuktitut une langue littéraire. Rédigé dans l’écriture syllabique que les missionnaires ont inventée pour que les Autochtones du Grand Nord puissent la lire la Bible, Sanaaq est un étonnant récit du troisième sexe, particulier à la culture inuite. « On se rend compte de la richesse de cette langue qui désigne plein de réalités qui n’existent pas pour nous », dit Thomas Hellman, qui a lu le roman dans sa traduction française de 2002.

Sanaaq est épuisé dans sa traduction française de 2002 aux Éditions Stanké. Sa version anglaise a été publiée en 2014 par University of Manitoba Press. (Source : Radio-Canada)

Écouter la chronique