Spectacles | Thomas Hellman
Site Web de l'auteur-compositeur et raconteur Thomas Hellman.
thomas hellman, rêves américains, chroniques, concerts, spectacles, tournée, événements
349
page-template-default,page,page-id-349,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode_grid_1300,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-16.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Spectacles

Prochains concerts


Description du spectacle

Thomas Hellman raconte l’histoire américaine, de la conquête de l’Ouest à la crise des années 30, à travers de chansons tirées du répertoire blues, folk, et gospel de l’époque, dont il fait des adaptations bilingues. Il met aussi en musique des textes littéraires (Frank H. Mayer, John Steinbeck, H.D Thoreau…), et ses propres textes et chansons. Le spectacle est inspiré d’une série de chroniques que Thomas a faite entre 2012 et 2014 pour l’émission « La tête ailleurs » à la radio de Radio-Canada.

« Je n’ai pas l’ambition de dresser un portrait complet et exhaustif de l’Amérique de l’époque, mais de créer une oeuvre qui plonge dans l’histoire pour réagir artistiquement à notre propre époque de crise. Ce n’est pas tant un spectacle historique qu’une réflexion sur la résilience et la créativité humaine, l’américanité, le rôle de l’art à faire surgir du sens du chaos. »
– Thomas Hellman

Thomas est accompagné par les mêmes musiciens avec qui il collabore depuis de nombreuses années: le contrebassiste Sage Reynolds et le guitariste, pianiste et percussionniste Olaf Gundel. La mise en scène est Brigitte Haentjens.

“Cherchant à mettre le doigt sur cette Américanité forcément plurielle, le trio arpente les États-Unis d’un océan à l’autre. De campements miniers en paysages industriels, traversant plaines, déserts et marasmes boursiers, leur train nous entraîne, sur les rails de la folie de l’homme – ses rêves de grandeur, richesse et pouvoir, sa fascination pour ce qui brille ou ce qu’il peut dresser vers le ciel – mais aussi sa soif de sérénité et ses besoins plus contemplatifs.”
– Yves Bergeras, Le Droit